VIES DE MEDECIN

Henri Borlant : et après Auschwitz, il y eut la médecine générale  Abonné

Publié le 23/04/2015
Henri Borlant

Henri Borlant
Crédit photo : DR

Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Je suis médecin" Je suis médecin. Quand il y a un mal, il faut trouver un remède, un vaccin....

Je suis médecin" Je suis médecin. Quand il y a un mal, il faut trouver un remède, un vaccin....
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

C’est l’histoire d’« un petit garçon de 15 ans, gentil, poli, pas très téméraire, pas vraiment casse-cou », comme il se décrit lui-même, et qui, parce qu’il est fils d’émigrés juifs, se retrouve par un après-midi de juillet 1942, à Auschwitz-Birkenau. Pas de gare, pas de quai, des cris proférés dans une langue qu’il ne connaît pas. Déshabillé avec son père et son frère – qui tous deux vont mourir très vite –, tondu, rasé partout, il se disait « plutôt mourir, ou quelque chose de cet ordre-là », se souvient-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte