VIES DE MÉDECIN

Stéphane Delajoux, Bashing doctor

Publié le 19/03/2014

Pour vivre heureux, vivons caché. Une résolution qui vient un peu tard pour Stéphane Delajoux ? « Cet adage est aujourd’hui mon choix de vie », assure-t-il. Le neurochirurgien de la clinique Monceau, non loin du très chic parc éponyme de la capitale, refuse toutes les sollicitations médiatiques : « Je n’accorde aucune interview, confie-t-il au « Quotidien » (qui bénéficie d’une dérogation exceptionnelle, négociée au forceps).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?