Remplaçant ou remplacé : vos histoires - La guérisseuse et l'aspirine

Remplaçant ou remplacé : vos histoiresLa guérisseuse et l'aspirine

29.07.2013

Ils ont vécu une expérience insolite lors d’un remplacement. Ils racontent...

  • guerrisseuse

    La guérisseuse et l'aspirine

Ce témoignage remonte à l'année 1963 ! Donc pour les jeunes médecins, à l'Antiquité… Je faisais alors mon service militaire à Orléans. J'ai effectué le remplacement d'un médecin qui exerçait aux confins de la forêt briarde. J'avais rencontré une fois ce médecin et j'ai commencé mon remplacement sans l'avoir revu.

Mon premier patient est venu pour une fluxion dentaire et exigeait que je lui arrache la dent malade. La servante du médecin m'a apporté une boîte de daviers et une seringue qu'elle venait de faire bouillir dans une casserole. Je me trouvais dans l'état d'une poule qui a couvé des canards. Dans les jours suivants, j'ai dû réduire une fracture de Pouteau Colle dans une ferme. L'époque des moissons commençait et le fermier refusait catégoriquement de se rendre à l'hôpital.

Un peu plus tard, j'ai dû me rendre dans une maison en pleine forêt pour un accouchement. On est venu me chercher en lisière du bois avec une lanterne, car sans cela je n'aurais jamais pu trouver la chaumière où vivait la parturiente.

Des patients méfiants 

Dans les jours qui ont suivi, j'ai diagnostiqué une cholécystite aiguë et une grossesse extra-utérine. Dans les deux cas, les patientes ont refusé l'hospitalisation et consulté un autre médecin de la région car elles ne faisaient pas confiance au jeune remplaçant que j'étais. Avec du recul, je ne leur donne pas tort.

Enfin, vers la fin de ma semaine de remplacement, une femme étrange est venue me demander de renouveler une ordonnance de dix boîtes d'aspirine ! J'ai appris par la suite que c'était la guérisseuse du canton et qu'elle incorporait de l'aspirine dans les pilules de sa fabrication. La sécurité sociale remboursait l'aspirine, les patients trouvaient un soulagement à leurs douleurs et tout le bénéfice était pour elle.

De retour à ma vie militaire, j'ai décidé qu'à la fin de mon service obligatoire je ferai une spécialité, me sentant incapable de parcourir efficacement le champ des connaissances qu'exige la pratique de la médecine générale.

Mon témoignage est un hommage que je rends à mes courageux confrères généralistes.

> Dr JEAN RECOING
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 6

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter