Comorbidités de l’anorexie mentale

Des psychotropes, pas sans renutrition  Abonné

Par
Publié le 02/12/2019
Tentantes, les thérapies médicamenteuses ne sont pas efficaces dans l’anorexie mentale si elles ne sont pas associées à une prise en charge globale, psychique, nutritionnelle, somatique et sociale. Elles peuvent être prescrites en complément dans certains cas, et avec prudence s’il existe un état de dénutrition.
Les antidépresseurs n’ont pas d’efficacité chez les patients dénutris

Les antidépresseurs n’ont pas d’efficacité chez les patients dénutris
Crédit photo : Phanie

La littérature internationale montre qu’aucun psychotrope n’a fait la preuve d’une efficacité spécifique dans l’anorexie mentale. « Quasiment toutes les molécules ont été évaluées, notamment des antipsychotiques (dont l’olanzapine), des antidépresseurs et des anxiolytiques, mais aucune n’a un réel effet sur l’anorexie mentale en elle-même, comme l’a montré une revue de la littérature récente (1) », résume la Pr Nathalie Godart, pédopsychiatre, Fondation santé des étudiants de France, Fédération française anorexie boulimie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte