Agir sur les rythmes biologiques

L’insomnie, vigie du suicide  Abonné

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 02/12/2019
Les troubles du sommeil pourraient précéder le passage à l’acte suicidaire, indépendamment de toute pathologie dépressive, ce qui ouvre un axe de prévention.
Le temps d’éveil et les cauchemars sont les plus prédictifs

Le temps d’éveil et les cauchemars sont les plus prédictifs
Crédit photo : Phanie

Les troubles du sommeil constituent des facteurs de risque de conduites suicidaires mais aussi un prodrome de passage à l’acte. On estime que 60 % des décès par suicides avaient des troubles du sommeil lorsqu’ils sont passés à l’acte, les éléments les plus prédictifs étant le temps d’éveil et les cauchemars.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte