Vers un démembrement plus poussé de la maladie

La dépression résistante mieux appréhendée  Abonné

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 02/12/2019
La prise en charge des dépressions résistantes avérées bénéficie aujourd’hui de plusieurs approches, pharmacologiques et non médicamenteuses, souvent combinées. L’arrivée de molécules agissant sur d’autres voies biologiques et le démembrement de la dépression devrait à terme permettre de proposer des stratégies plus ciblées.
Des entités hétérogènes aux mécanismes variés

Des entités hétérogènes aux mécanismes variés
Crédit photo : Phanie

L’épidémiologie de la dépression résistante reste mal connue en France. « Selon le Système national des données de santé (SNDS), son incidence serait très faible, ce que contredit la littérature internationale, qui rapporte un taux de 20 % environ. La vérité est sans doute entre les deux, mais il serait utile de développer des enquêtes épidémiologiques pour avoir des données plus précises », estime le Pr Emmanuel Haffen (CHRU de Besançon), avant de rappeler qu’en cas de non-réponse au traitement, il faut en premier lieu s’assurer de la réalité de la résistance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte