Rhumatisme psoriasique périphérique

L’ixekizumab fait ses preuves  Abonné

Publié le 07/12/2015
Plus de répondeurs ACR 20, 50 et 70 dans le groupe traité

Plus de répondeurs ACR 20, 50 et 70 dans le groupe traité
Crédit photo : PHANIE

L’étude SPIRIT P1 a concerné un nouvel inhibiteur de l’interleukine 17, anticorps monoclonal anti IL-17 A, l’ixekizumab, dans le rhumatisme psoriasique périphérique. Les patients inclus devaient répondre aux critères Caspar de rhumatisme psoriasique (RPso), avoir une forme active de la maladie avec au moins trois articulations gonflées et trois articulations douloureuses, au moins une érosion radiographique sur les mains ou les pieds, ou une CRP supérieure à 6 mg/l. Ils devaient être naïfs de traitement biologique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte