Pseudopolyarthrite rhizomélique

Le tocilizumab, un épargnant de corticoïdes  Abonné

Publié le 07/12/2015

La pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), rhumatisme inflammatoire du sujet âgé, se traite par corticoïdes pendant 1 à 2 ans. Il n’existe pas d’alternative thérapeutique, à part peut-être le méthotrexate qui permet de diminuer modestement la dose de corticoïdes, avec des résultats un peu contradictoires selon les études. Or, la PPR est une maladie fortement dépendante de l’IL-6 et du taux de CRP. Et il existe actuellement des traitements ciblant particulièrement l’IL6, le tocilizumab par exemple. L’objectif de l’étude TENOR (1) était

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte