Phénotyper pour mieux traiter  Abonné

Publié le 28/10/2011

La définition de la BPCO se fait essentiellement aujourd’hui sur des critères spirométriques d’obstruction bronchique, qui ne reflètent pas la grande diversité des patients. D’où la recherche actuelle sur l’identification de sous-groupes de patients. Les données de l’étude observationnelle ECLIPSE (5) ont bien montré qu’une proportion significative de patients présentant une BPCO à un stade modéré avait déjà des exacerbations fréquentes et que cette propriété phénotypique est stable dans le temps.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte