Fibrose pulmonaire idiopathique

On sort du marasme  Abonné

Publié le 28/10/2011
1319795211293132_IMG_70118_HR.jpg

1319795211293132_IMG_70118_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Désormais en passe de n’être plus une maladie orpheline au pronostic très péjoratif, la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) requiert un diagnostic précis et très précoce, le scanner occupant une place prépondérante. La FPI, qui se manifeste par une toux sèche et un essoufflement croissant, concerne environ 125 000 patients en Europe (incidence annuelle : 35 000). Sa médiane de survie est de 2-3 ans après diagnostic. Maladie rare de cause inconnue, elle est néanmoins de plus en plus fréquente puisqu’elle concerne le sujet vieillissant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte