Une sous-prescription chez le sujet âgé

Publié le 13/02/2012

La prévalence de la fibrillation atriale (FA) augmente rapidement avec l’âge : alors qu’elle n’est que de 0,5 % entre 40 et 50 ans, elle atteint 5 à 15 % à 80 ans. Et même 17,8 % chez les plus de 85 ans dans la Rotterdam Study. Le traitement de la FA chez le sujet âgé nécessite une bonne évaluation des risques AVC thrombotique et hémorragique. Si l’INR ne peut être optimal sous anticoagulant, un traitement antiagrégant doit être envisagé.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?