Cardioversion pour fibrillation atriale

Des pratiques très disparates

Publié le 13/02/2012
1329099549322404_IMG_77102_HR.jpg

1329099549322404_IMG_77102_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

LES RECOMMANDATIONS de la Société européenne de cardiologie publiées en 2010 préconisent la cardioversion chez les patients dont la fibrillation atriale est récente, c’est-à-dire moins de 48 heures. L’état hémodynamique conditionne le choix de la méthode. Électrique si le patient est instable, elle dépend de l’existence ou non d’une maladie cardiaque sous-jacente dans le cas contraire. En l’absence d’atteinte cardiaque associée, le traitement peut faire appel au flécaïnide, à la propafénone (non disponible en France sous sa forme IV) ou à l’ibutilide.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?