Hypertension artérielle

Quand une mesure en cache une autre

Publié le 13/02/2012
1329099453322449_IMG_77118_HR.jpg

1329099453322449_IMG_77118_HR.jpg

Il apparaît aujourd’hui que la variabilité intervisite est un puissant prédicteur du risque d’AVC et d’événements coronaires, indépendamment de la pression artérielle systolique (PAS) moyenne (méta-analyse de Peter M. Rothwell). Autrement dit, la PAS max est plus prédictive que la PAS moyenne et l’HTA « stable » a un meilleur pronostic que l’HTA « épisodique ». Les résultats d’ASCOT-BP vont dans le même sens. Près de 20 000 hypertendus à risque, mais sans antécédent coronaire ont été suivis en moyenne 5,5 ans, ce qui a permis de colliger 1,2 million de mesures de PA.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?