Homéopathie : la HAS prône le déremboursement, Boiron suspend son cours de Bourse, Buzyn veut prendre son temps

Par Cyrille Dupuis
Par Loan Tranthimy
Publié le 27/06/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
conf has

conf has
Crédit photo : S. Toubon

Réunie mercredi, la commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS) a rendu son avis définitif sur les médicaments homéopathiques, qui sera présenté officiellement vendredi à la presse. Mais selon « Libération », la HAS a adopté à « une très grande majorité (une seule voix contre) le déremboursement des produits homéopathiques ». Cette recommandation défavorable à l'homéopathie n'est pas une surprise puisqu'il confirmerait l'avis provisoire de la HAS, largement éventé. 

Boiron riposte

Cette nouvelle fuite dans la presse – avant même la communication de l'avis définitif aux laboratoires concernés – a aussitôt provoqué la vive réaction des Laboratoires Boiron qui ont demandé ce jeudi une suspension du cours de Bourse à l’Autorité des marchés financiers (AMF). Il s’agit d'« une nouvelle violation des règles de procédure d'évaluation qui nuit gravement à l’entreprise, à ses salariés et à ses actionnaires », s'exaspère l'entreprise leader du marché. De fait, le déremboursement serait un coup dur pour le groupe lyonnais qui réalise 60 % de ses ventes dans l'Hexagone sur des produits homéopathiques remboursables. Boiron a avancé qu'un déremboursement total menacerait jusqu'à 1 300 emplois sur les 2 600 que compte le groupe en France. 

L'avis définitif de la HAS met fin au processus scientifique d'évaluation scientifique des granules mais pas à la controverse (y compris médicale) depuis la publication dans « Le Figaro » d'une tribune contre les médecines alternatives, qui ciblait principalement l'homéopathie. 

Pas de décision avant des semaines

La balle est désormais dans le camp d'Agnès Buzyn. Or, si la ministre de la Santé a toujours assuré qu'elle suivrait l'avis de la HAS, elle a fait savoir ce jeudi sur France 2 que sa décision pouvait attendre « quelques jours », voire « quelques semaines ». « Mon urgence est de gérer la canicule et son impact », a-t-elle plaidé, rappelant aussi que pour les médicaments anti-Alzheimer la décision avait été prise pratiquement un an après l'avis de la HAS. 

Cette temporisation a aussitôt fait réagir les adversaires du remboursement de l'homéopathie, qui réclament un arbitrage immédiat.  

De leur côté, les pro-homéopathie se désarment pas et appellent à des manifestations de mobilisation à Paris, sur l'esplanade des Invalides, et à Lyon, place de la Comédie, vendredi à 10 h 30. 

 

Sommaire du dossier