Quand Roselyne Bachelot soignait son chien à l'homéopathie

Par Stéphane Long
Publié le 19/03/2018
- Mis à jour le 15/07/2019
Roselyne Bachelot lci

Roselyne Bachelot lci
Crédit photo : LCI

Pour ou contre l’homéopathie ? Roselyne Bachelot a pris une curieuse position sur le sujet lors de l’émission, La République, qu’elle co-anime avec Julien Arnaud sur LCI. « Moi, j’ai soigné mon chien à l’homéopathie. Alors là, l’effet placebo est assez limité […] Ça marchait très très bien ! », a raconté ce lundi matin, l’ex-ministre de la Santé, pharmacienne de formation.

Roselyne Bachelot évoquait cette anecdote alors que le Dr Jérémy Descoux, cardiologue, expliquait pourquoi il avait co-signé, avec plusieurs centaines de confrères, soignants et patients, une tribune s’attaquant à l’homéopathie, à classer selon lui dans les « fake médecines ».

« Une médecine d'accompagnement », selon l'ex-ministre 

Pour l’animatrice télé, des doutes subsistent sur l’efficacité de cette pratique thérapeutique, réclamant qu’elle « fasse l’objet d’études en double aveugle ». C’est oublié un peu vite que des centaines d’évaluations ont été publiées, sans démonstration sur la pertinence scientifique de ces traitements, a estimé le Dr Descoux sur le plateau de LCI. En octobre 2017, les Académies européennes mettaient en garde contre un « effet nocif » potentiel, le recours à l'homéopathie « retardant la consultation d'un médecin ou dissuadant le patient de rechercher les soins médicaux appropriés [...] ».

Roselyne Bachelot, quant à elle, appelle à la prudence sur les « effets de l’homéopathie ». Elle estime que cela « peut être une médecine d’accompagnement quand elle est pratiquée par des médecins ». « Ça met en cause la médecine classique qui, peut-être, ne fait pas assez d’accompagnement des malades », justifie l’ex-ministre.

Sommaire du dossier