Un plan pour améliorer l’accès

IVG, peut mieux faire  Abonné

Par
Publié le 08/03/2020

Des disparités régionales dans l’accès à l’IVG appellent à réinvestir pour garantir ce droit aux femmes.

Un droit clairement réaffirmé et renforcé

Un droit clairement réaffirmé et renforcé
Crédit photo : Phanie

Malgré la résolution du 26 novembre 2014 réaffirmant le droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en France et en Europe, la situation de l’accès à l’IVG en France est problématique. Le manque de professionnels de santé et de structures de soins sur le territoire (100 centres dédiés ont fermé) en est la raison principale. Actuellement, un quart des IVG (n = 55 800) sont pratiquées hors structures hospitalières, 69 % par technique médicamenteuse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte