Hépatite A et B : AIDES lance un appel à la vaccination à l'approche de l'été

Par
Mathilde Segard -
Publié le 22/06/2017
hépatite

hépatite
Crédit photo : Phanie

AIDES, l'association française de lutte contre le VIH et les hépatites virales, a récemment invité les personnes les plus concernées à se faire vacciner contre les hépatites A et B à l'approche de l'été. Les personnes les plus exposées sont les homosexuels, les bisexuels et les transsexuels ainsi que les personnes séropositives et les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HSH).

Aurélien Beaucamp, président de AIDES qui vient d'être réélu, explique qu' « aujourd’hui entrent dans la sexualité les générations de ceux qui n’ont pas bénéficié de la vaccination contre le VHB. Ils sont plus exposés que leurs aînés. On peut donc craindre une transmission accrue de ce virus, qui circule assez facilement ».

La vaccination : un moyen de prévention efficient

L'association rappelle que la vaccination est un moyen simple pour éviter les risques d'infections qui, en plus d'être délicates à soigner, représentent un réel danger pour la santé. Le préservatif est efficace à condition qu'il soit utilisé pour toutes les pénétrations, y compris pour le sexe oral, notamment chez les homosexuels qui ont un risque élevé de transmission d'hépatite A en cas de rapports oraux-anaux ou de sexe oral sans préservatif.

Par ailleurs, l'hépatite A peut aussi se transmettre par des aliments mal lavés, en particulier dans les pays chauds, ce virus résistant à des températures très élevées. Cette année en France, on a enregistré une augmentation inquiétante du nombre de contaminations : 745 cas d'infection aiguë entre janvier et mai 2017 contre 693 pour toute l'année 2016.

Les Marches des fiertés, manifestations de l'ensemble des mouvements LGBT, durant la période estivale, font craindre une hausse importante des infections parmi les HSH. La prochaine marche de Fiertés de Paris aura lieu ce samedi.

De graves conséquences sur la santé

En France, 250 000 personnes vivent aujourd'hui avec le virus de l'hépatite B (VHB) sans le savoir. L'infection, transmise par voie sanguine ou sexuelle, peut devenir chronique chez 2 à 10 % des personnes concernées et peut évoluer vers une cirrhose et un cancer du foie. Quant à l'hépatite A, les risques pour la santé demeurent importants pour la majorité des personnes même si les complications graves sont plus rares. Cependant, une co-infection avec l'hépatite A peut avoir des conséquences bien plus graves pour les personnes séropositives au VIH.

L'association alerte par ailleurs sur les difficultés d'approvisionnement en vaccins contre l'hépatite A et B observées depuis 2015. Même si les HSH et les personnes séropositives au VIH restent prioritaires, l'AIDES insiste sur le fait qu'il est préférable d'anticiper.

L'association précise que la vaccination contre le VHA et le VHB est accessible gratuitement dans les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic, comme dans certains centres de prévention et de vaccination.


Source : lequotidiendumedecin.fr
Sommaire du dossier