Nouvelles technologies

La génomique au service du cœur

Publié le 13/03/2014

La prodigieuse évolution de la génomique ces dernières années a permis d’envisager une cinquantaine d’hypothèses physiopathologiques dans le domaine cardiovasculaire. Depuis peu, on essaye d’utiliser les connaissances issues de la physiopathologie pour identifier de nouvelles cibles thérapeutiques. Un exemple : la maladie de Marfan. Cette maladie d’origine génétique est connue pour être le plus souvent liée à une mutation du gène codant pour la fibrilline de type 1.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?