Naturel ne veut pas dire sans danger  Abonné

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 16/01/2020

Crédit photo : Phanie

Le rôle perturbateur endocrinien éventuel de certains produits chimiques contenus dans les cosmétiques fait couler beaucoup d’encre et fait se tourner certains consommateurs vers des produits naturels. Mais ces derniers ne sont pas pour autant la solution miracle. En témoignent les cas de gynécomastie rapportés chez des jeunes garçons après l’application d’huile essentielle de lavande et d’arbre à thé. À côté de quatre nouvelles observations de ce type, un travail récent pointe également le risque de développement mammaire prépubertaire chez des petites files âgées de 3 à 7 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte