Rechercher des facteurs associés chez la femme

Quel bilan dans l’alopécie androgénétique ?  Abonné

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 16/01/2020
La survenue d’une alopécie n’impose pas de bilan systématique chez l’homme, au contraire de la femme chez qui il faut toujours rechercher une hypoferritinémie et une dysthyroïdie. La présence d’un hirsutisme et/ou des troubles des règles chez une femme jeune fait pratiquer un bilan hormonal, notamment pour dépister un syndrome des ovaires polykystiques ou un déficit en 21-hydroxylase.
Le SPOMK touche 10% des femmes

Le SPOMK touche 10% des femmes
Crédit photo : Phanie

Chez l’homme comme chez la femme, l’alopécie androgénétique (AAG) est la première cause de chute des cheveux. Elle est considérée comme pathologique pour certains, mais comme la variante d’un vieillissement normal pour d’autres. Elle est très fréquente puisqu’elle concerne la moitié des hommes et 40 % des femmes âgées de 50 ans. En pratique, la chute des cheveux est liée à des multiples causes combinées (hérédité, hormones, âge…). Elle débute typiquement de façon progressive entre la puberté et l’âge de 30 ans chez l’homme, plus tardivement chez la femme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte