Cancer du sein triple négatif avancé

Une survie sans progression prolongée sous anti-PD1  Abonné

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 30/06/2020
Le pembrolizumab améliore de quatre mois la survie sans progression (SSP), en association à la chimiothérapie, dans les cancers du sein triple négatifs (CSTN) localement récidivants inopérables ou métastatiques, non prétraités et exprimant fortement PD-L1.
Une corrélation entre la réponse et l’expression de PD-L1 a été mise en évidence

Une corrélation entre la réponse et l’expression de PD-L1 a été mise en évidence
Crédit photo : Phanie

L'anti-PD1 pembrolizumab (Keytruda) a déjà montré en monothérapie une activité antitumorale prometteuse et une tolérance acceptable dans le traitement des CSTN (récepteurs hormonaux et HER2 négatifs) inopérables ou métastatiques. Une corrélation entre la réponse et l’expression de PD-L1 a été mise en évidence, avec une réponse plus durable que sous chimiothérapie. Dans l’essai I-SPY2, l’association pembrolizumab/chimiothérapie standard avait montré en néoadjuvant un taux de réponse plus que doublé pour les CSTN.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte