Un rôle des hormones

Des différences sexuées dans le sevrage

Publié le 18/11/2019
Les femmes ont-elles plus de mal à arrêter de fumer ? Non. Mais l’enjeu est d’offrir à toutes et tous la meilleure aide au sevrage possible, en tenant compte des différences hormonales et cérébrales, qui sont de mieux en mieux documentées.
Un mythe qui décourage les patientes

Un mythe qui décourage les patientes
Crédit photo : Phanie

Dans les études cliniques, on trouve une plus grande difficulté pour les femmes à arrêter de fumer, mais qui n’est pas reproduite dans les études en population générale. Jarvis (1) a comparé les taux d’arrêt du tabac selon le sexe et l’âge et n’a pas trouvé de différences entre femmes et hommes. Il a alerté sur le danger de laisser se propager le mythe d’une difficulté supérieure du sevrage pour les femmes, qui pourraient être ainsi découragées de tenter ou de persévérer.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?