Patchs, gommes, pastilles, spray…

Les substituts nicotiniques en pratique

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 18/11/2019
On estime que 97 % des fumeurs n’arrivent pas à arrêter sans aide. Les substituts nicotiniques sont à conseiller en première intention. En cas d’intolérance ou d’échec alors qu’ils sont correctement dosés, la varénicline sera indiquée.
Les traitements d’urgence peuvent être utilisés ad libitum

Les traitements d’urgence peuvent être utilisés ad libitum
Crédit photo : Phanie

Avant de proposer des substituts nicotiniques, la première étape est de déterminer la dépendance. Les tabacologues utilisent souvent le test de Fagerström : version classique en six questions ou simplifié en deux questions : nombre de cigarettes quotidiennes et délai entre le réveil et la première cigarette. Ce dernier item constitue le meilleur marqueur de la dépendance.

Un dosage adapté

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?