État de choc  Abonné

Publié le 04/01/2014

C’était au début des années 70. J’avais 25 ans, préparant ma thèse, mais remplaçant déjà « régulièrement » un médecin débordé d’un quartier populaire de Paris. Le soir du réveillon de Noël, alors que ma journée de travail se terminait, un appel téléphonique.

Une dame, voisine d’une « malade », m’informait que cette dernière, qui venait de perdre son mari, déprimait et n’allait pas bien…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte