Avant l’apparition d’un syndesmophyte

Un signal IRM dans la moitié des cas

- Publié le 24/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Plusieurs travaux radiographiques et IRM ont montré que la séquence « existence d’un coin vertébral inflammatoire » puis « existence d’un coin vertébral graisseux » en IRM augmentait de façon très significative le risque de voir apparaître un syndesmophyte sur ce coin-là deux ans plus tard.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?