Diagnostic et traitement des infections bactériennes néonatales

Une révision des recommandations est nécessaire

Publié le 17/11/2014

Faute d’élément séméiologique sensible et spécifique, tout nouveau-né symptomatique est considéré comme « suspect d’infection néonatale bactérienne précoce (INBP) jusqu’à preuve du contraire » [1]. Aujourd’hui en France, 30 à 50 % des nouveau-nés sont dans cette situation et une proportion importante d’entre eux fait l’objet d’un bilan biologique et parfois d’une antibiothérapie probabiliste dont les conséquences ne sont pas anodines.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?