SOPK de l’adolescente

Traiter tout en rassurant  Abonné

Publié le 31/10/2019
Le diagnostic de syndrome des ovaires polykystiques ne doit pas être posé trop rapidement chez l’adolescente, tout en prenant en charge les symptômes.
Un faisceau d’arguments à réévaluer

Un faisceau d’arguments à réévaluer
Crédit photo : Phanie

Le syndrome des ovaires polykystiques se définit par la présence de deux des trois critères du consensus de Rotterdam de 2003 : oligo-anovulation, hyperandrogénie clinique et/ou biologique, avec des ovaires polymicrokystiques après exclusion de toutes les autres causes de trouble du cycle et d’hyperandrogénie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte