Instabilité génétique, un atout mais aussi une faille

Une voie originale dans les tumeurs avancées  Abonné

Publié le 22/06/2015

La cancérogénèse est liée à des modifications de l’ADN. Or « les premières mutations touchent très souvent des gènes chargés de contrôler la stabilité génétique. Une perte de stabilité favorise l’oncogénèse. D’ailleurs, dans la plupart des familles à haut risque de cancer – cancers du colon familiaux, cancers du sein BRCA, etc – on retrouve des mutations de gènes impliqués dans la stabilité génétique », rappelle la Dr Marie Dutreix (Institut Curie, Orsay).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte