Chirurgie : les armes manquent  Abonné

Publié le 22/06/2015

« En l’absence de thérapeutiques plus efficaces, les traitements néo-adjuvants sont proposés sans réelles preuves de leur efficacité. Le pancréas n’est pas le colon et les chirurgiens, qui poussent à opérer davantage de patients, devraient méditer le fait que 80 % des pancréatectomies sont réalisées dans un contexte finalement palliatif. L’imagerie reste délicate à interpréter et des progrès dans l’évaluation préthérapeutique seraient précieux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte