Réduction du risque d’insuffisance cardiaque

La dapagliflozine en prévention primaire et secondaire

Par
Dr François Diévart -
Publié le 06/12/2018

Depuis qu’il a été reconnu dans la décennie 2000 que les traitements diminuant la glycémie ne réduisaient pas le risque d’infarctus du myocarde (IDM) et d’AVC, voire même que certains pouvaient augmenter le risque d’IDM et de décès cardiovasculaire (CV), tous les nouveaux antidiabétiques proposés à l’enregistrement ont dû démontrer par un essai clinique leur sécurité CV, c’est-à-dire qu’ils n’augmentent pas de plus de 30 % le risque d’événements cardiovasculaires majeurs (ECVM) par rapport à un placebo.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?