EPA et DHA à faible dose, une association sans intérêt

Par
Dr François Diévart -
Publié le 06/12/2018

L’étude randomisée VITAL (Vitamin D and Oméga-3 Trial) a évalué, en double aveugle et contre placebo, l’effet d’une association fixe d’acides gras oméga-3 à base d’huile de poisson constituée de 460 mg d’acide eicosapentaénoïque, ou EPA, et de 380 mg d’acide docosahexaénoïque, ou DHA, correspondant à 1 gélule de 1 gramme d’Omacor. Elle a inclus 25 871 patients en prévention CV primaire, définis comme à haut risque CV (âgés d’au moins 50 ans pour les hommes et 55 ans pour les femmes). Il n’y avait pas de critères lipidiques d’inclusion.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?