Cancer colorectal

Améliorer la rentabilité du dépistage organisé  Abonné

Publié le 24/03/2011
1311603729239037_IMG_57110_HR.jpg

1311603729239037_IMG_57110_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

DÉCIDÉ EN 2003, généralisé à toute la France depuis 2009, le dépistage colorectal repose actuellement sur la pratique d’un test Hémoccult II et, s’il se révèle positif, sur une coloscopie. En effet, le risque de trouver un polype ou un cancer est alors de 40 % quand le test est positif. Lorsque le test Hémoccult II est négatif, le patient est informé qu’il doit le refaire tous les deux ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte