Salles de consommation à moindre risque : le Sénat dit oui sous conditions

Publié le 17/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Les sénateurs ont voté aujourd’hui jeudi l’article 9 de la loi de modernisation du système de santé, autorisant l’expérimentation pour une durée de six ans, à compter de la date d’ouverture du premier espace, des salles de consommation à moindre risque. Le dispositif a tout de même subi quelques modifications comme un rôle accru des élus locaux souligné par plusieurs amendements : l’installation d’un tel espace ne pourra pas se faire sans l’accord du maire de la commune sur le territoire de laquelle il est prévu.

Pour les promoteurs des projets de salles de consommation à moindre risque, le changement le plus important pourrait être celui apporté par l’amendement déposé par le sénateur Philippe Mouiller (Sénateur des Deux-Sèvres, Les Républicains) qui veut que les salles de consommations à moindre risque soient des dispositifs « intégrés à un établissement de santé », à l’image de la première salle parisienne, qui sera adossée à l’hôpital Lariboisière.

Plusieurs partisans des salles de consommation à moindre risque, dont Danièle Jourdain-Menninger (présidente de la MILDECA), estiment pourtant important de les éloigner des structures déjà existantes où le public, très marginalisé, ciblé par les nouveaux dispositifs ne se rend pas spontanément.

D. C.

Source : lequotidiendumedecin.fr