Encore un tabou chez les femmes

Quand l’alcoolisme s’écrit au féminin  Abonné

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 24/03/2020
La parité, avec l’addiction à l’alcool, c’est fait. Encore plus souvent que chez les hommes, elle s’associe à des comorbidités, en particulier psychiatriques, à rechercher pour un abord global.
Un vécu intime chez des personnes peu extraverties

Un vécu intime chez des personnes peu extraverties
Crédit photo : phanie

« On regarde encore un homme qui boit comme un bon vivant, mais une femme qui boit comme une femme ‘de mauvaise vie’. Les questions des tabous et de la morale sont de véritables dangers de santé publique, s’insurge la Dr Fatma Bouvet de la Maisonneuve (Hôpital Saint Anne). L’alcoolisme est un condensé de toutes les problématiques psychiques et sociales que vivent les femmes aujourd’hui : éléments dépressifs, cumul des responsabilités, difficultés sexuelles, problèmes conjugaux. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte