Dès le premier épisode et après

Les antipsychotiques, c'est automatique ?  Abonné

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 24/03/2020
Bien que les recommandations internationales le préconisent, certains s’interrogent sur l'utilisation systématique des antipsychotiques. Leur iatrogénie doit être mise en balance avec les conséquences de la psychose. L’idéal serait d’identifier les patients chez qui on pourrait s’abstenir, mais les études sur ce thème sont difficiles à mener.
C’est bien souvent le patient qui choisit de poursuivre ou non

C’est bien souvent le patient qui choisit de poursuivre ou non
Crédit photo : phanie

Les recommandations internationales préconisent de prescrire des neuroleptiques lors d’un premier épisode psychotique (PEP), devant des symptômes positifs durables. Ils doivent être poursuivis 12 mois (18 mois pour certaines sociétés savantes) après la rémission des symptômes, 24 mois si c’est le 2e épisode, et en continu après deux rechutes. On favorise les antipsychotiques atypiques en première intention, en commençant par de faibles doses et en visant la dose minimale efficace. L’arrêt doit être progressif, en informant le patient du risque de rechutes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte