Hypertension artérielle pulmonaire idiopathique

Une composante auto-immune fortement suspectée  Abonné

Publié le 28/01/2011
1296224964219248_IMG_52299_HR.jpg

1296224964219248_IMG_52299_HR.jpg

1296224967219254_IMG_52300_HR.jpg

1296224967219254_IMG_52300_HR.jpg

LA CLASSIFICATION actuelle en atteste, l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) correspond à une famille de maladies ayant comme caractéristique commune une pression artérielle pulmonaire moyenne (PAPm) › 25 mm Hg. L’échocardiographie-Doppler constitue un excellent outil de dépistage, mais seul le cathétérisme cardiaque droit permet de confirmer le diagnostic par la mesure de la PAPm, de la pression capillaire pulmonaire, du débit cardiaque et des résistances vasculaires pulmonaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte