Apnées du sommeil

La PPC ne réduit pas le risque cardiovasculaire  Abonné

Par
Publié le 20/10/2016

L’apnée obstructive du sommeil affecte 40-60 % des patients qui souffrent d’une pathologie cardiovasculaire. La pression positive continue (PPC) est le traitement non chirurgical de référence du SAOS et son rôle dans la prévention d’événements cardiovasculaires reste incertain.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte