Stérilet chez les nullipares

Des craintes non fondées

Publié le 03/02/2014
1391426038493799_IMG_121547_HR.jpg

1391426038493799_IMG_121547_HR.jpg
Crédit photo : MediaforMedical

Nathalie Bajos (2) avait en 2012 insisté sur le fait que, contrairement à d’autres pays, le système contraceptif français était peu flexible. Si l’on se réfère au DIU, il est utilisé dans la plupart des cas après que le couple a eu les enfants programmés. En 2010, 21,4 % des femmes avaient recours à ce mode de contraception ; 1 % seulement avant 25 ans. Dans la tranche après 30 ans, elles étaient 30 %, mais 1 % seulement de nullipares. Dans ce cas, il s’agissait dans la majorité des cas de femmes ayant une contre-indication aux autres méthodes de contraception.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?