Une maladie aux conséquences lourdes

L’objectif numéro un dans l’arthrose est de réduire la douleur  Abonné

Par
Publié le 16/10/2020
Maladie rhumatologique souvent banalisée chez les sujets âgés, l’arthrose est pourtant lourde de conséquences et a d’ailleurs été reconnue en 2018 comme une maladie sévère par la Food and drug administration aux États-Unis. La douleur et la gêne fonctionnelle sont une source de réduction des activités, de perte de qualité de vie et in fine de fragilité et de perte d’autonomie.
Les médicaments oraux disponibles ont une efficacité modeste

Les médicaments oraux disponibles ont une efficacité modeste
Crédit photo : Phanie

Le handicap lié à l’arthrose est réel. « 25 % des patients ne peuvent plus réaliser les activités de la vie quotidienne et plus de la moitié ont une gêne majeure, a rapporté le Dr Emmanuel Maheu, rhumatologue à l'hôpital Saint-Antoine (AP-HP). Or, la gêne à la marche est associée à une augmentation de la mortalité cardiovasculaire ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte