Anévrisme ou dissection de l’aorte ascendante

Un mécanisme épigénétique crée la différence  Abonné

Publié le 30/05/2013
1369876576435404_IMG_105694_HR.jpg

1369876576435404_IMG_105694_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

DEUX PROBLÈMES majeurs de l’aorte thoracique ascendante, l’anévrisme, développement progressif d’une dilatation, et la rupture ou dissection aiguë, partagent la même pathologie tissulaire et les mêmes étiologies. L’anévrisme de l’aorte thoracique ascendante (TAA) est, comme tout anévrisme où qu’il soit localisé, une pathologie de perte partielle de la fonction de contention du sang à haute pression, fonction élémentaire de la paroi des artères de conductance assurée par la matrice extracellulaire (MEC) fabriquée par les cellules musculaires lisses (CML).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte