Risques de cardiomyopathies liées aux traitements anticancéreux.

Agir avant la défaillance cardiaque  Abonné

Publié le 30/05/2013
1369876566435740_IMG_105773_HR.jpg

1369876566435740_IMG_105773_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

LES PROBLÈMES CARDIOVASCULAIRES représentent la cause la plus importante de mortalité chez les personnes guéries d’un cancer. Une certaine cardiotoxicité, aiguë et à long terme, vient en effet assombrir les effets antitumoraux bénéfiques d’agents chimiothérapeutiques comme la doxorubicine et le 5-fluorouracile, ainsi que ceux de la radiothérapie thoracique de certains cancers (poumon, sein, maladie d’Hodgkin…).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte