Prévention de la mort subite

La France peut mieux faire  Abonné

Publié le 30/05/2013
1369876580435408_IMG_105707_HR.jpg

1369876580435408_IMG_105707_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

LA MORT SUBITE (MS) établie, définie comme un décès inattendu d’origine naturelle dans l’heure qui suit le début des symptômes, fait la une de l’actualité quand elle concerne des sportifs de haut niveau sur le terrain. Mais c’est la part émergente d’un vaste problème. À 90 % d’origine cardiaque, principalement liée à des cardiopathies ischémiques, elle touche aussi le sportif occasionnel, avec le décès de 800 à 1 000 personnes par an d’une activité sportive en France, contre 10 à 15 sportifs de haut niveau. Et surtout, elle n’est pas l’apanage des sportifs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte