Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

Les objectifs évoluent

Publié le 15/03/2012

L’ARRIVÉE du premier anti-TNF alpha, l’infliximab (Remicade) dans le traitement de la maladie de Crohn (MC) en 1999 a marqué un tournant, en transformant la qualité de vie des malades ayant les formes les plus graves. Il est également indiqué dans la rectocolite hémorragique (RCH). Puis en 2007, un deuxième anti-TNF, l’adalimumab (Humira) a obtenu son AMM dans la MC. « Depuis lors, il n’y a pas eu de nouvelles molécules.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?