Angioplastie coronaire

Traitement de la plaque instable

Par
Dr François Diévart -
Publié le 05/12/2019
Chez les patients avec un antécédent d’infarctus du myocarde (IDM) et des lésions coronaires pluritronculaires, la moitié des plaques d’athérome significatives, présentes en dehors de la plaque responsable de l’infarctus, a des caractéristiques d’une plaque instable. Ceci pourrait expliquer que leur angioplastie systématique permette de réduire le risque d’infarctus ultérieur.
Le bénéfice de l’angioplastie pourrait provenir d’une efficacité à limiter la rupture ultérieure des plaques instables.

Le bénéfice de l’angioplastie pourrait provenir d’une efficacité à limiter la rupture ultérieure des plaques instables.
Crédit photo : Phanie

Chez des patients avec un antécédent d’IDM, une angioplastie primaire préalablement réussie (désobstruction de l’artère coupable par angioplastie) et des lésions significatives sur d’autres artères coronaires, l’étude COMPLETE a montré que réaliser une angioplastie systématique de ces lésions jusqu’à 45 jours après l’IDM, réduit significativement le risque de décès cardiovasculaire et d’IDM à 3 ans (essentiellement par une réduction significative du risque d’IDM), comparativement à ne traiter que l’artère coupable.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?