Cent ans après…

Les cancers restent un fléau

Par
Hélia Hakimi-Prévot -
Publié le 25/11/2019
Le 14 mars 1918, lorsque Justin Godart, sous-secrétaire d'État à la Santé, fonde la Ligue franco anglo-américaine contre le cancer (qui deviendra en 1927 la Ligue française contre le cancer), cette maladie est le quatrième fléau national après la tuberculose, l'alcoolisme et la syphilis. À l’époque, environ 45 000 morts par cancer sont recensés chaque année. Un siècle plus tard, le cancer est devenu le premier fléau social.
Les patients doivent être davantage intégrés dans de véritables parcours de soins.

Les patients doivent être davantage intégrés dans de véritables parcours de soins.
Crédit photo : Phanie

Le cancer reste la première cause de mortalité dans le monde. En 2018, 392 000 nouveaux cas ont été dénombrés en France et 155 000 personnes en sont décédées. Le nombre de personnes concernées augmente du fait de l'allongement de l'espérance de vie et de la vieillesse. Mais aussi, en raison du tabagisme et sans doute, de facteurs environnementaux. Parmi eux, les perturbateurs endocriniens sont par exemple suspectés. Toutefois, la mortalité ne cesse de diminuer : aujourd'hui, 55 % des cancers sont guéris.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?