Anti-TNF et antécédent de cancer

Entre prudence et exceptions  Abonné

Publié le 20/03/2014

La prise en charge des patients atteints de MICI (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin) a été bouleversée par l’arrivée des anti-TNF, qui constituent aujourd’hui un volet important du traitement des formes sévères. Les règles de prescription sont très strictes et toutes les sociétés savantes recommandent de ne jamais faire appel aux anti-TNF chez les patients ayant un antécédent de cancer (tumeur solide) dans les cinq années précédentes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte