Dominique Martin (ANSM) demande aux médecins de ne pas switcher vers le Lévothyrox en gouttes

Dominique Martin (ANSM) demande aux médecins de ne pas switcher vers le Lévothyrox en gouttes

Fabienne Rigal
| 31.08.2017
  • Dominique Martin

    Dominique Martin (ANSM) demande aux médecins de ne pas switcher vers le Lévothyrox en gouttes

Suite à des troubles rapportés par les patients après le changement de formule du Lévothyrox, Dominique Martin, directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), répond aux questions du « Quotidien du Médecin ».

LE QUOTIDIEN : Le changement d’excipients dans le Lévothyrox entraîne-t-il des effets secondaires ?

DOMINIQUE MARTIN : Le passage du lactose au mannitol et l'ajout d'acide citrique viennent optimiser la stabilité du médicament dans le temps, dans le but d'améliorer sa qualité. Nous avions en effet constaté, par les signalements de pharmacovigilance, qu’il y avait une perte de stabilité du médicament, et ce avant la date de péremption. Le produit se dégradant, de petites variations de doses survenaient, et des patients pouvaient présenter des troubles.

Avec la nouvelle formule, qui améliore la stabilité, certains patients peuvent ressentir des effets secondaires transitoires, qui peuvent être corrigés par une adaptation du traitement, après examen clinique, et si nécessaire dosage de la TSH. Les retours que nous recevons de la part des médecins indiquent cependant qu’il n’y a pas de difficulté dans la grande majorité des cas. Nous avons commencé une enquête de pharmacovigilance dès le mois de mars (au moment du changement de formule), et les résultats en seront connus en octobre. À plus long terme, nous souhaitons réaliser une étude de pharmacoépidémiologie sur le sujet. Nous étudions actuellement la faisabilité de conduire cette étude.

Une meilleure communication à propos du changement de formule du Lévothyrox aurait-elle été possible, par exemple auprès des patients ?

Nous avons préparé ce changement avec les associations de patients, avec lesquelles on a travaillé notamment sur les Questions/réponses mises à disposition sur le site de l’ANSM. Nous avons aussi réalisé un point d’information en mars et envoyé un courrier à 100 000 professionnels de santé. Nous sommes conscients que l'information n'est manifestement pas arrivée jusqu’aux patients. Nous considérons que la meilleure information est celle qui passe par le dialogue entre le professionnel de santé (médecin/pharmacien) et le patient. Nous rappelons que le traitement par lévothyroxine ne doit en aucun cas être interrompu ou modifié sans avis médical.

Switcher vers une autre forme de lévothyroxine est-il envisageable ?

Surtout pas. Il existe en France un quasi-monopole du Lévothyrox de Merck. Une autre forme, la L-thyroxine Serb, sous forme de gouttes, est destinée aux enfants de moins de 8 ans et aux personnes présentant des troubles de la déglutition. Le report des patients prenant du Lévothyrox vers la L-thyroxine Serb serait potentiellement catastrophique car l’industriel qui fabrique la solution en gouttes n’est pas en capacité d’augmenter sa production dans un délai court. Cela conduirait à un épuisement des stocks pour ces personnes qui ne disposent pas d’alternative.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 26 Commentaires
 
Vincent B Médecin ou Interne 13.09.2017 à 13h27

Je suis très étonné du discours de ce directeur d'une agence nationale d'Etat :"Le passage du lactose au mannitol et l'ajout d'acide citrique viennent optimiser la stabilité du médicament dans le Lire la suite

Répondre
 
JEAN LOUIS G Médecin ou Interne 02.09.2017 à 08h07

ce titre, qu'est-ce que ça donnerait en bon français

Répondre
 
DANIEL M Médecin ou Interne 02.09.2017 à 09h40

C'est l'accentuation de la novlangue, mode qui s'est implantée dans les langages professionnels, notamment des "manager", magnifiée par notre très grand et très vénérable PDT et qui infiltre le Lire la suite

Répondre
 
Alain F Autre 02.09.2017 à 15h36

Sauf qu'ici c'est le QdM qui utilise le franglais, DM parle de "report", en français...
Mais bon, toutes les occasions de baver sont sans doute bonnes à prendre ?

Répondre
 
gilles b Pharmacien 01.09.2017 à 12h41

Heureusement que ces effets secondaires très probablement de type placebo ne sont survenus sur des génériques... On en entendrait parler encore bien plus, si cela est possible...

Répondre
 
CATHERINE P Médecin ou Interne 01.09.2017 à 12h36

C'est une forme de paranoïa généralisée induite par le mannitol et l'acide citrique. Il faut demander le retrait immédiat de tous les bonbons aux polyols et des citrons, dont les effets Lire la suite

Répondre
 
Helene A Médecin ou Interne 01.09.2017 à 11h34

Très curieusement, les laboratoires produisant les génériques du Levothyrox (Biogaran, notamment, mais pas que), ont TOUS arrêté d'en fabriquer à partir de mars 2017, de façon coordonnée avec la Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 2

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 3

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter