À l’étape charnière de la ménopause

Comment prévenir l’ostéoporose chez les jeunes seniors

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 03/02/2020

La diminution massive des prescriptions du traitement hormonal de la ménopause (THM) a pesé sur la prévention primaire de l’ostéoporose, laissant les « jeunes ménopausées » sans alternatives thérapeutiques, et sans qu’un effort soit fait pour repérer les femmes à risque.

La qualité de l’os peut être altérée sans retentissement net sur l’ostéodensitométrie.

La qualité de l’os peut être altérée sans retentissement net sur l’ostéodensitométrie.
Crédit photo : Phanie

Les récentes recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) ne s’étendent guère sur la prévention primaire, si ce n’est pour rappeler les facteurs de risque fracturaires, qui permettent de rembourser l’ostéodensitométrie, et qui associés à une densité minérale osseuse (DMO) basse (T-score ≤ - 2,5 et > - 3) amènent à discuter d’un traitement pharmacologique. Mais chez les jeunes seniors, dont près de 90 % ne reçoivent pas le THM, même en cas de ménopause précoce, le risque d’ostéoporose est souvent négligé.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)