Dépistage au premier trimestre de la grossesse

Une démarche qualité sous haute surveillance  Abonné

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 14/11/2019
Afin de minimiser les risques de passer à côté d’une anomalie dépistable, l’échographie de dépistage du premier trimestre de la grossesse a fait l’objet d’une codification précise, sur son contenu mais aussi les conditions de réalisation de l’examen.
La sérénité de l’opérateur doit être garantie

La sérénité de l’opérateur doit être garantie
Crédit photo : Phanie

La Conférence nationale d’échographie obstétricale et fœtale (CNEOF) a été créée après l’arrêt Perruche afin de promouvoir une politique de qualité de l’échographie de dépistage homogène sur tout le territoire. Elle regroupe diverses sociétés savantes ainsi que des associations de patients, et s’est fixée pour objectif d’assurer une double sécurité, à la fois vis-à-vis des familles pour un suivi de grossesse performant et des professionnels, pour sécuriser leur pratique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte