8e congrès national de la Société française de tabacologie à Paris

Accès aux soins : il est urgent de mieux former les professionnels de santé

Publié le 04/12/2014
1417659161568630_IMG_142688_HR.JPG

1417659161568630_IMG_142688_HR.JPG

LE QUOTIDIEN : Les médecins généralistes ne sont pas assez formés à la tabacologie et ne sont pas nombreux à assurer le suivi des patients souhaitant arrêter de fumer. Comment l’expliquez-vous ?

DR NATHALIE WIRTH : De façon générale, les médecins ne sont pas assez formés à la prévention, encore moins à la tabacologie. Cette discipline est relativement récente (10 ans) et ses concepts de prise en charge évoluent rapidement.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?